Mathilde, 21, Paris (France)

Hey ! Merci de m’avoir rappelé l’existence de ce tumblr :) Oui, j’étudie à la Sorbonne Nouvelle, et toi ? :)

Sous le soleil de Satan, Maurice Pialat, 1987

Sous le soleil de Satan, Maurice Pialat, 1987


Loulou, Maurice Pialat, 1980

Loulou, Maurice Pialat, 1980


C’est injuste, parce que lui il m’aime exactement comme j’aurais voulu que toi tu m’aimes.

Sophie (Géraldine Pailhas)

Le Garçu, Maurice Pialat, 1995

La lettre, Manoel de Oliveira, 1999

La lettre, Manoel de Oliveira, 1999


  • Charlie Dick :
    Hey, I want you to get your coat. I want to drive you some place for a drink. I want us to dance awhile, then I want us to get to know each other a lot better.
  • Patsy Cline :
    You want a lot don't you?
  • Charlie Dick :
    Yeah I do baby.
  • Patsy Cline :
    Well people in hell want ice water - that don't mean they get it.
  • Sweet Dreams, Karel Reisz, 1985
On a envie de se toucher mais on n’y arrive qu’en se tapant dessus.

Paul Godard (Jacques Dutronc)

Sauve qui peut (la vie), Jean-Luc Godard, 1980

Sauve qui peut (la vie), Jean-Luc Godard, 1980

Sauve qui peut (la vie), Jean-Luc Godard, 1980


Le charme discret de la bourgeoisie, Luis Buñuel, 1972

Le charme discret de la bourgeoisie, Luis Buñuel, 1972


Bonsoir ! Rassure-toi, même en venant de prépa sans avoir fait d’option cinéma (ce qui était aussi mon cas), tu as tes équivalences en cinéma. Pour être prise, il suffit simplement de remplir le dossier d’admission destiné aux étudiants venant de prépa (à télécharger sur le site ou à récupérer directement à la fac), avec la traditionnelle lettre de motivation, l’avis favorable du conseil de classe et si possible des lettres de recommandation de quelques professeurs. Tu trouveras plus d’informations ici si c’est bien la licence de Paris 3 qui t’intéresse (ce n’est pas une double-licence, plutôt une double formation qui te mène à une licence Lettres Modernes parcours Cinéma : tu suis les enseignements généraux de Lettres Modernes et de Cinéma répartis sur une vingtaine d’heures par semaine, un emploi du temps plus léger qu’une classique double licence). Si tu as d’autres questions sur cette formation, n’hésite pas. L’université Paris 8 propose également des licences Cinéma mais je ne sais pas quelle formation exactement. J’espère t’avoir quelque peu éclairé, belle soirée !

naufragedelune asked: je suis amoureux moi aussi de ce cinéma... merci pour le partage

Merci à toi pour ce message :)

Anatomy Of A Murder, Otto Preminger, 1959

Anatomy Of A Murder, Otto Preminger, 1959


La Salamandre, Alain Tanner, 1971

Le Petit Soldat, Jean-Luc Godard, 1960

  • Erika Kohut :
    Arrêtez ! Revenez au début. Vous n'avez pas l'air de vous intéresser beaucoup aux indications de jeu, qu'est-ce qui est écrit, là ?
  • Walter Klemmer :
    Piano.
  • Erika Kohut :
    C'est exact. Et puis ?
  • Walter Klemmer :
    Fortepiano.
  • Erika Kohut :
    Et puis ?
  • Walter Klemmer :
    Et pianissimo.
  • Erika Kohut :
    Et diminuendo, et mezzoforte, forte, fortissimo, sforzatissimo ! Les indications de Schubert vont du cri au murmure, et non de parler fort à parler doucement. L'anarchie ne semble pas être votre fort, Klemmer, pourquoi ne pas vous en tenir à Clementi ? Schubert était un type assez laid, vous le savez, non ? Vous, avec votre physique, vous ne reconnaissez pas un abîme lorsque vous y tombez.
  • Walter Klemmer :
    Pourquoi essayez-vous de détruire ce qui pourrait nous rapprocher ?
  • Erika Kohut :
    Le maniérisme n'est pas...
  • Walter Klemmer :
    Ne voyez-vous pas que je ne peux pas vous regarder ? Je ne peux pas vous regarder parce que si je vous regarde, je pourrai pas résister à la tentation de vous embrasser dans le cou. Puis-je vous embrasser dans le cou, Erika ? (Elle tousse) Voulez-vous que j'aille chercher un verre d'eau ? (Elle lui remet la lettre) Merci. Quand pourrai-je te voir ?
  • Erika Kohut :
    On se téléphonera.
  • Walter Klemmer :
    Partons quelque part. A la campagne, ce week-end, tous les deux.
  • Erika Kohut :
    Ce week-end, je peux pas, je suis invitée avec ma mère.
  • Walter Klemmer :
    Annule. Et pense pas à ta mère, pense à nous. On a tant de choses à rattraper.
  • Erika Kohut :
    Tu veux dire moi ? Moi j'ai tant de choses à rattraper, c'est ça ?
  • Walter Klemmer :
    Erika ma chérie, arrête de penser toujours aux autres. A ta mère, à tes scrupules. Tu me parles d'anarchie et tu veux sacrifier ton amour pour un week-end avec Maman ? Mon professeur, lâchez-vous un peu, autorisez-vous un sentiment pour une fois.
  • Erika Kohut :
    Ne sois pas aussi collant ! (Elle tousse)
  • Walter Klemmer :
    Mais tu tousses seulement parce que t'es trop coincée.
  • Erika Kohut :
    Je n'ai pas de sentiments, Walter, vous feriez bien de vous mettre ça dans la tête. Et même si j'en ai un jour, ils ne triompheront jamais de mon intelligence.
  • Walter Klemmer :
    Je t'aime, sois pas si lâche. Ce que tu m'as écrit, là, c'est tout aussi lâche ? (Il s'approche pour prendre la lettre qu'il avait laissée sur le piano)
  • Erika Kohut :
    N'y touchez pas ! Pas maintenant. Je veux que vous la lisiez seul, absolument seul. Et maintenant collez-vous donc à Schubert, monsieur Klemmer. C'est la seule chose que vous êtes autorisé à faire dans cette pièce. Piano, hein ? Brahms aurait écrit "Con intissimo sentimento".
  • La Pianiste, Michael Haneke, 2000


1/27 Next »